Nids, Terriers et autres refuges 1 |Invitation

Nids, terriers et autres Abris|2017|Teva|secret

Vernissage le 21 juin de 18:30 à 20:30
Jardin Botanique Alpin , chemin du jardin Alpin7, 1217 Meyrin Suisse. (MAP)
(
Tram 14+18 & bus 57 ▪ arrêt Jardin-Alpin-Vivarium Tram 18 ▪ arrêt Bois-du-Lan)

Nous serons le 21 juin dans un petit jardin, botanique dont on croit pouvoir faire le tour à cloche pied. C’est un jardin clos par des routes hautes et basses, par le bruit des voitures, par les regards du dehors. Des regards fuyant vers des destinations lointaines, du nord au sud et du sud au nord, d’est en ouest, emmenés par les trams et véhicules personnels, par l’indifférence à ces arbres  assemblés et maintenus avec goût et envie. C’est un de ces jardins que ma mémoire d’enfant garde comme une immensité à conquérir mais qu’une visite à l’âge adulte réduit à la taille de l’enfant en moi. 

Il y a des arbres dont les branches touchent le sol, d’autres dont la cime mord le ciel, ceux qui vont seuls sans végétation pour leur faire tapis et d’autres qui sont en troupeaux. Il y a ceux qu’on ne voit pas et ceux dont les couleurs même en hiver attirent. Il y a l’eau qui stagne en bassin et celle qui courre en rigoles, il y a ceux qui l’habite, dedans dessus dehors et autours.

Nous sommes cinq artistes dont deux collectifs à avoir été invités par le Fond d’art Contemporain de Meyrin, à réfléchir les « Nids, terriers et autres abris » pour le jardin Alpin, jardin Botanique de la ville de Meyrin .

L’oiseau, l’écureuil, l’habitant du parc, sera indifférent à toute intervention tentant de représenter le nid le terrier ou même l’abri. Tout au plus chercheront-ils à profiter d’éléments nouveaux et curieux pour créer les leurs.

C’est donc bien du point de vue de l’homme que je m’interroge sur ce que veut dire nid, abri ou terrier

Le nid, je pense y avoir répondu déjà , mais peut être pourrais- je ajouter que c’est ce lieu de l’illusion du repos, il est devant soi ou derrière soi, il se définit par la nécessité de le quitter.

Le terrier, semble un lieu d’attente, il est sans doute le cocon sans l’idée protectrice. Il permet de passer les saisons dans la torpeur et l’oubli. Le terrier coupe celui qui y est réfugié du monde, créant un monde en soi.

L’abri lui n’est que transitoire, et même si les autres lieux du projet le sont aussi, l’abri dit les dangers auxquels celui qui en bénéficie échappe. Être à l’abri de la pluie, à l’abri du danger, à l’abri de l’amour, être à l’abri et échapper au monde réel.

Qu’est ce que le réel ? Un parapluie protège-t- il du réel, une maison est-elle un abri. Un homme en fuite peut-il trouver dans sa course un nid ?

C’est ce que je vous propose donc de  découvrir à partir du 21 juin 18:30 et jusqu’au 29 octobre 2017
Vous trouverez ci-joint l’invitation

Soyez à l’abri en votre cœur.

Nids, terriers et autres refuges|Jardin Botanique Alpin, Fond Art Contemporain ville de Meyrin|2017