Sèves Brutes | 3 | Present -

What is more volatile than the present?

At the end of our breath, in the word that is preparing to cross our lips, it is still the future. The inhale after the exhale, the exhale after the inhale, the future again. The word before, the sentence before the previous inhale, already the past. The click of the camera immortalizes what happens. The lived experience is, however, eternity.

At l’Arrêt sur l’Image Gallery, the present materializes in a random moment between what is seen and what does not appear yet, or has already disappeared. Put together presence and absence, love and hatred, and all opposites complement each other. The present as the sum of the past and the future.

More…

Sèves Brutes | Tonight | Past Present Future -

The unveiling of the times is today, I will welcome you today, Thursday, May 17th, 2018: First at Arrêt Sur l’Image Gallery at 4:00PM, followed by the Musée des Arts Decoratives de Bordeaux (madd-bordeaux) at 5:30PM.

My faithful team who accompany me on my adventures will join me, as well as Marie Secret who organized the exhibition, rodach_webstie Lamire Favre, founder of Arrêt Sur l’Image Gallery, Constance Rubini, director of madd-bordeaux, and Annabelle Grellier, director of communication of Chateau Palmer.
More…

Raw Saps |2| The deep fragility of what is to come -

It would be a text about a land who welcomed and allowed me to unveil its essence. I came with iron oxide and glass silicate as well as my fellow partners Jean-Francois, Elad, Marie, Federica, Sally and Momo to draw the underlying life of Bordeaux’s land. The project seemed right and all the Men subscribed to it. But I didn’t ask the land, and I felt  an apprehension I couldn’t define. The women perceived it as well, and I was petrified, questioning the whole project, when we were already in the vineyard.

More…

Vertigo – 8 – 12th day and a little bit after -

Friday May 29th 1:00 in the morning.
The night is slowly soothing, the philosophers succeeded one another in time and space, from lectures to individual. The french institute media library as been my shelter, the nest the listeners’s. In the time of a round danse, between two conferences, in lines, quietly they waited for their turn. Merav, Noa, Tali et Rina danced in silence under the threads and the shadows, others tripped over them. The inner blindness of some, made the branches invisible, others ignored them, or fiercely got mixed up. There was also the dreams, mediations and a few snoring. Each one created its singular experience, the questions emerged from the depths or the music for those for whom the words didn’t call back anything familiar. More…

Vertigo – 7 – Day 9, 10 and 11 -

Monday May 25th 8:03. The pressure is increasing, my dreams have a taste of uncompleted, restless crowds in front sprouts of pieces of art. I wake up in the emergency of what remains in my hands before the installation, tomorrow at the french institute in Tel Aviv. There are numerous hazards, the branches shall accept to be wrapped, unwrapped, de-tied, retied, the threads freed from their small cellophane envelops, the real nest to be created where it will shelter the listeners. A branch will improvise itself tree of words, it will carry 8 of them, it will have to find where to put down roots. i will have, too, to find a place to write this journal, that will welcome it and show it at hits advantage. There will be new people who to talk to, places to tam, and get organized. I will get out the cocoon, chrysalis not yet butterfly. i inhale, I exhale, I let the time get into me to start this new day. 

IMG 3351Tuesday May 26th 15:09. I started the day upside down, in the diary. I could have whirl, or write in mirror, in stairs, with curls or even in red, but I preferred turn over the note book and try to reach the other side, the one of the already passed days, protected in the Vertigo eco-village. It is strange to notice how fast I make my nest, or is it the change that gives the known appearance of a cocoon ? Precisely since this morning, in Tel Aviv, at the French institute, I try to create one for the listener of the sound “A ma mere” to meditate under. Those who don’t speak french will will be dive in their unknown, the others in the echo. Quietly the branches have find their place on the bookcase, on one side the one tied in white behind which books don’t give themselves but have to be earned. On the other side the armchairs under branches tied with red threads. It will be ready on Thursday from 6pm. Now my words joined those from the previous days, I am in a danse which would talk about oceans, lines against lines like this re-creation of what was in germ in the studio. A big movement. More…

Vertigo – 6 – Day 7 and 8 -

Saturday May 23rd 8:53. Here everything is quiet. I usually own the place, I am almost the only one to work in this henhouse converted in a workshop. There is Danny and his children who builded and are maintaining the village and Orit the cook, preparing food for the people who came for the chavouot festival (commemoration of the gift of the Torah to Moise). I say that everything is quiet because there is no more noise than usually when there are tents standing everywhere and a lot of children.

Image du 23 mai

More…

Vertigo – 4 – Day 4 and 5 -

Wednesday May 20th 8:40, And there was evening, and there was morning – the fourth day. And God said, “Let the water teem with living creatures, and let birds fly above the earth across the vault of the sky.”. To live within oneself and outside, to be fruitful and increase. My inner images, my necessities, my fear, the outer realities, what remains to be done, what will not. How to let go the unknown for it to happen ? While I tame my room, while the blue belly birds, the ones with yellow beak, the donkeys and all the red ants wish me good morning, while today, a light breeze pats me, I try to find myself. Inhale, exhale, accept. Be here, within me, and here with them. I am worried not to be able to create a sculpture definitive and ephemeral for a futur almost immediate and certain, and at the same time to let arise the meaning of the path we might wander together. Would it be ungratefulness : how to give without counting, to make sure the shares are fair. Already, not naming all those allowing me to be in this moment, I feel dishonest, but I have chosen to share with you those lines, almost at the same time as I write them, and it couldn’t interfere. Remain free and included. Prosper under waters and high in the sky.

IMG 4029 IMG 1410 More…

Vertigo – 3 – Journal day 2 and 3 -

Monday May 18th 18:17, the relief of a first day completed, a semblance of routine not to totally slide, some landmarks, the table from witch I write those lines, the branches grabbed and placed on a closet to figurate the french institut bookcase. The abandonned branches, the fading leaves. The feathers refusing to be assembled with wire. The impossibility to fit such a big tree in a small car, the nest that might not be one. But it must be. As Noa’s step danse are created, in silence, budding choreography, glare of our common worlds. A necessity called by an intuition, little stones thrown here and there and a meaning, a context emerge, she adorns with music, I with words. She is part of my own kind.

IMG 2850 rcdre IMG 2943 More…

Vertigo – 2 – Journal day 1 -

Sunday May 17th from memory: I woke up over the sea, comforted by what was earned ans maybe not deserved, surrounded, loved maybe, questioning what the moment was made of, a normality, a minute after an other , ce qui when each moment seems to be a définitive truth. Then, I dropped the one I love, for them to go home and I left seeking for myself. Welcomed by those I don’t know yet. Tenderly, gently not to rush what will be, we started to danse around who we were, each of us covering part of the distance of what will be. I was here and elsewhere, in all the elsewhere. My head beating me, the sky where I sent them before they land, the sea was not art of it, fields, vineyards, vestiges of history. AT night I collapsed, awaken by dreams I don’t remember and mosquitos that left some traces.I finally got up, the room was familiar and hostile, I had to find one within myself. G I got up and here I am at the start of an adventure that improves myself.

IMG 4003 More…

Belle année que celle qui est -

2009 ligne de vie 5 rue retouche
(Sorry, this article is for now only available in French)
Les années finissent et puis commencent, se suivent et se renouvellent, interrogeant chaque fois en leur aube, leurs promesses. Ces questions nous laissent inquiets et espérant de ce qui sera, ce vivra et restera. Les années s’égrainent, laissant traces en nous des chemins parcourus, des sagesses et de la certitude du temps qui fini. Sera-ce cette année? récolterons-nous les fruits des labeurs passés et futurs. Quand l’an finira, nous reconnaitrons les saisons enchainées, semblables et singulières. Il y a le rien dont jaillit l’être. Le silence où naissent nos pensées. La solitude qui nous relie aux autres. Il y a ces pages blanches qui contiennent ce qui va y être écrit. En cette nouvelle année, de ce qui est, que se révélera t-il ? Je vous souhaite une vie de sens et de révélation.

Des nouvelles nouvelles, site et exposition -

Ames 7
(Sorry, this article is for now only available in French)
L’été venant avec le soleil, Je suis heureuse de vous annoncer la mise en ligne de www.rodach.fr. A travers ce site je rassemble mes histoires, fais le lien entre les 6 matrices – arbres généalogiques (La destinée, la société. l’exil, la mémoire, la liberté et le divin) et mes chemins de branches, de radios, de fils et de sens. J’espère que vous aurez autant de plaisir à vous y promener que moi à le partager avec vous.  Et avant que l’automne ne s’annonce avec ses frimas, j’installerai mes Âmes du 19 au 23 septembre 2013, dans le magnifique 43R, espace des rencontres plurielles et artistiques de Marie Secret et Bruno, 43 route des jeunes à Carouge, Suisse. Notez le dans vos agendas. More…

les mères -

Oiseau bronze nid 1Oiseau bronze nid 1
(Sorry, this article is for now only available in French)
Mes Amis, Avant de vous envoyer mes âmes, il me faut vous parler des mères. La femme évoquée lors de mon précèdent post est celle que j’ai extraite de l’Homme. Celle que j’ai tue lui donne naissance. Vous m’avez fait remarquer leur absence. Je reviens vers elles. Depuis longtemps je tente de les apprivoiser. Lors de mon troisième séjour en Thaïlande, j’avais emmené des branches qui me murmuraient des promesses. J’en avais ébauchées quelques unes avant de partir, que j’avais laissées à l’atelier. Arrivée en Asie, je leur avais demandées de me parler, de me dire en rêve ce que je n’entendais pas le jour. Elles avaient préféré me garder éveillée pour me le révéler. Elle étaient les mères. Celles qui vivent pour l’enfant et par lui, celles qui vivent malgré l’enfant, presque sans lui, celles dont les enfants sont les racines et qui avancent ancrées parfois lestées, celles qui l’attendent , celles qui les attendent, celles qui le sont, celles qui le deviennent, celles qui le refusent, celles qui le demandent, celles qui en vivent et d’autres qui en meurent … les mères, toutes les mères. Fragiles et pleines de bourgeons, si on ne les voit pas on reconnait souvent les mères à leurs enfants ou à celui qu’elles ont été. More…

Retour en soi -

Ligne de vie art vivant(Sorry, this article is for now only available in French)
Mes amis, Toute occupée que j’étais à me rassembler, je ne me suis pas préoccupée de vous parler, et voilà que je me rends compte que nous avons été séparés. J’étais concentrée en moi vers ce nouveau chemin qui est le mien, la continuation des précédents en plus intense de vérités. 2012 a été presque tout entièrement dédié à partager avec vous gourmandise et intuitions. le livre Mon happy cooking book, aux éditions Alternatives (Gallimard) a été un franc succès, la presse en a beaucoup parlé et il a été quasiment épuisé en quelques mois. Une amie m’a cependant dit en avoir vu quelques exemplaires au musée d’art moderne de Saint Etienne ce mois-ci. La boucle est bouclée, je reviens à moi et à un partage plus intime. J’ai pris le temps ces premiers mois de 2013 de faire la somme de mon travail depuis 2009, et c’est là et maintenant que je souhaite que nous nous retrouvions. Je reviens vers mes lignes de vie, ce chemin en 6 arbres généalogiques qui a démarré et 2009 et s’est enrichi de pardons. Les féminité(s) et Les Âmes, mes autres pistes sont la continuation des lignes de vie, je reviens en cercle concentrique autours de l’Homme et de ce que c’est qu’être vivant. Ce document en pdf est à regarder sur votre écran, les jours prochains je reviendrai avec les féminité(s) d’abord puis les âmes. Je vous laisse le temps. Cliquez ici

Des jours terribles nait la joie -

2012 ligne de vie 1(Sorry, this article is for now only available in French)
En ces jours dits terribles, ou chacun examine sa conscience et tente de se mettre en paix, je retourne en moi même. Pour avancer, je reviens sur mes pas et reprend mes ouvrages. Je vais lentement, rompant avec mes quêtes éperdues qui me font courir et m’oublier. Je regarde. Je respire. Et lorsque j’y suis prête, je répare, je détricote, reprise à points serrés,avec amour, gratitude et pardon. Dedans, dehors. Spirituellement, matériellement. émotionnellement ou charnellement. Du premier arbre des chemins de vie, l’arbre de l’Homme, en 2009 je me demandais “Pourquoi la vie passe-t-elle sur certaines branches alors que d’autres n’ont que la mélancolie en héritage ? L’enfant porte le nom de son père, mais les gènes et l’histoire de ses deux parents. Un nom seulement, une identité simplifiée cachant des centaines de patronymes. Des rajouts, des branches sciées, d’autres ficelées ou bouturées, parfois rafistolées. Comme notre histoire qui nous construit, s’invente, se sait et puis s’oublie. Fait de cassures et de hasards heureux il reste l’Homme construit de toutes ces petites histoires, une unité vivante et mouvante, émouvante” Je répondais alors, “Les sculptures Lignes de vie sont des arbres généalogiques. Faits de branches et de rajouts, ils tirent leur sève de racines mises à nu. L’histoire est en mouvement, le présent et le passé se redessinent au gré du hasard. L’éphémère est dans la fragilité des constructions de l’esprit, qui bâtit à partir de fragments composés, décomposés et recomposés. Chacun crée le mythe de son origine pour pouvoir se raconter. Et puis avec le temps, apprenant à lire les lignes de faille de sa propre histoire, le mythe se fragilise et s’enrichit, il est le vivant. Sur le chemin des Hommes je me suis promenée. Je me suis parfois arrêtée sur les lignées qui disent d’où l’on vient sans indiquer où l’on va. Les sculptures Lignes de vie sont des arbres généalogiques qui racontent une histoire, la mienne, la vôtre.” Aujourd’hui, j’ai accueilli ces hasards qui me rendent à moi même, ce que je ne suis pas, ce que je ne suis plus, ce que nous ne serons jamais. Je mets de la joie dans le renoncement. je me défaits de mes oripeaux, j’accepte.

Ligne de vie 1 (Arbre généalogique de l’Homme), 2009-2012

 Je célèbre le cadeau qui m’est donné de vous connaitre et de vous aimer, de partager avec vous, cet arbre renouvelé, que je comprendrais plus tard.

la foule 2 a trouvé son foyer, dans de la poésie. -

rodach_webstie rodach detail

(Sorry, this article is for now only available in French)
C’est un lieu magique qui allie le sens, les sens et l’essence du beau. Réunies du 4 au 10 juillet une trentaine d’oeuvres se donnaient à voir dans le Calvados, au jardin du Hauvel, pour servir la cause de jardins nourrissants pour le Niger. C’est là que la deuxième foule s’arrête, se pose et s’épanouie. Dans les marguerites. Pour ceux qui sont passés à coté, les revoilà .  Ce n’est pas de nous que je veux parler ici. Je ne veux plus parler d’ailleurs. Seulement avec vous, qui n’avez pas pu être parmi les visiteurs du jardin du Hauvel, me promener avec vous à travers cette poésie. More…

Que faites vous du 4 au 10 juillet prochain ? -

INVITATION HAUVEL 2011 12
(Sorry, this article is for now only available in French)
Certains d’entre vous m’ont crus en Thaïlande pour ainsi vous renvoyer mes petits mots, alors que je suis ici à Genève et que c’est de notre occident que je veux vous parler d’aventure. C’en est une qui est La nouvelle: la foule 2 va s’exposer aux rencontres artistiques du Jardin du Hauvel dans le Calvados, à coté de Deauville, du 4 au 10 juillet 2011. Le thème de l’exposition est “le bois à l’oeuvre”, et contre toute attente ce ne sont pas les arbres généalogiques qui ont été sélectionnées mais la foule, preuve qu’elle porte en elle ceux qui l’a précédée. De magnifiques artistes vont montrer leur travail, David Nash y est l’invité d’honneur, il y aura 21 autres artistes exposés dont Gérard Garouste, Loredana Rancatore, Kohei Matsushita et moi.  More…

Les femmes étaient en souffrance mais Lukate était à l’hôpital -

Feminite 1Feminite gaze 01
(Sorry, this article is for now only available in French)
Peu de mots depuis mars, beaucoup de silence intérieur et des tempêtes aussi. Je travaillais à mes féminité mettant sur le papier des secrets qui ne m’étaient pas accessibles, attendant que mes femmes me rejoignent. Mais elles étaient en souffrance, comme Lukate à l’hôpital depuis avril hors d’elle et du monde, comme Ali perdu, seul en pays plus étrange maintenant qu’elle n’est plus là pour lui servir de langue. Tout s’est mis au ralenti comme dans du coton, un rêve dont on ne sait si il est bon ou mauvais, la suspension du temps. Des pas tout petits, pour décider d’un socle, pour envoyer un dossier, rencontrer une personne par ci et par la. Le bateau est finalement parti de Bangkok le 27 mai avec à son bord des puzzles, un oiseau, un danseur, des socles, deux foules, un inventaire à la Prévert. More…

A bientôt -

Blog arrivee mereBlog arrivee femmes
(Sorry, this article is for now only available in French)
Ca y est je suis rentrée à Genève, le voyage s’est bien passé , merci. Le temps de dormir, de voir un film italien formidable, “La prima cosa bella” et ainsi d’évacuer beaucoup d’émotion contenue, j’étais arrivée. les mères de bois et de peut être m’ont accueillie comme l’enfant prodigue. Nous avons fait silence sur celles que j’ai laissées là bas. J’ai retrouvé les femmes bien empaquetées, et je vous écris pour vous dire au revoir.   Vous avez été des compagnons de route formidables. Mais ce voyage s’achève maintenant. More…

Jour 10 – Qu’est-ce que la fin ? -

Blog jour 10 rodach_webstie travailBlog jour 9 foule 3
(Sorry, this article is for now only available in French)
Je vous le disais hier aujourd’hui est un jour important, vous vous êtes réveillés et vous n’aviez pas pas bien dormi, vos rêves étaient agités, vous étiez inquiets mais confiants, fébrile mais certains. Ce matin était un autre matin avec un petit quelque chose de spécial. Cette journée vous est dédiée vous qui m’avez suivi dans ce périple, soutenu, écrit, rendu l’amour que j’ai pour vous. Merci d’avoir été mes compagnons. Non, je ne vous quitte pas encore, je le ferais tranquillement demain en rentrant à Genève, pour vous dire que je suis bien arrivée. Allons!profitons des heures qui nous restent. la journée a été terriblement studieuse, la preuve cette photo prise par Lukate.  Le socle des foules qui est comme le refrain de mes différents séjours. J’ai décidé de remettre la décision à plus tard. More…

Jour 9 – L’orage est passé, le soleil est de retour -

Blog jour 9 alie et moiBlog jour 8 les meres bronze
(Sorry, this article is for now only available in French)
Je vous le dis tout de suite, j’ai passé une excellente journée. j’ai écrit cet email hier, enfin en partie. D’abord parce que je m’en suis voulue de vous faire des secrets et ensuite parce que j’étais pas sûre d’avoir plus de courage aujourd’hui, alors qu’il ne reste que quelques heures de travail et que de mon point de vue rien n’est fini. Je sais que quand je partirais demain soir, et nous devons plier bagage tôt pour aller dîner à Chinatown avant de prendre l’avion, ce que je laisserais sera de toutes façons inachevé. Mais je préfère que ce soit le moins incomplet possible. (Il m’arrive de regretter d’avoir été trop loin, mais c’est une autre histoire.) Donc je vous parlais hier de réponses, de questions, presque de philosophie, jugez plutôt. Voila ce qu’il restait des mères après leur passage dans les creusets de bronze. En fait vaguement la possibilité de faire 1 mère ou 2 rachitiques.  Un rendez-vous manqué. More…

Jour 8 – Les raccourcis -

Blog jour 8 fleursBlog jour 8 femme qui prie cassee
(Sorry, this article is for now only available in French)
Si le taxi a tourné en rond tant de fois vendredi c’est qu’il voulait aller plus vite, il a pris la voie rapide, manqué la sortie, a fait demi-tour, a pris le U-turn trop tôt, deux fois de suite. Les raccourcis ne permettent pas d’apprendre les leçons. Je suis arrivée ce matin avec quelques réponses à des questions que je me posais et des réponses à des questions que je ne me posais pas. Mais comme je n’ai pas beaucoup de temps aujourd’hui, je vous en reparlerai demain. Des femmes aussi je vous parlerai demain, car pour les m^me raison, et parce que j’y ai peu travaillé, juste une chose, une question de plus m’est venue, ce matin, quand j’ai remarqué que la femme qui prie elle aussi cassée. Surtout, et sans lien aucun, il y avait de magnifiques fleurs posées sur mon plan de travail.   Il n’est plus temps de baguenauder, il ne reste plus que 3 jours, et nous devons avancer et aboutir. Mission, finir les bois. More…

Jour 6 – Je ne connais toujours pas la patience -

Blog jour 6 femminite2
(Sorry, this article is for now only available in French)
Le soleil se lève chaque matin en apportant une promesse ou une leçon qu’il ne connaissait pas la veille.
Que me proposait ce nouveau jour ? Me faire tourner en rond comme le taxi qui m’a fait faire le tour de la highway 3 fois, ou mettre un petit lézard sur mon chemin, signe de chance ici? Tourner en rond je le faisais avec les mères, viendront-elles, ne viendront-elles pas, sont-elles déjà là sans que je le sache, ni ne les reconnaisse. Le livreur de la fonderie n’est pas passé, il faut que je m’y fasse, que j’apprenne ma leçon de patience.Blog jour 6 femminite1 More…

Jour 4 – J’apprends la patience -

(Sorry, this article is for now only available in French)
Ce matin Ali est revenu avec l’oiseau encore chaud sorti du moule. 72 heures pour chauffer, a-t-il dit, autant pour refroidir. Il ressemble, aux bébés qui viennent de naitre encore couverts de miscelium. C’est exactement l’impression que j’ai, après l’avoir conçu il faut encore en accoucher. Il est en morceaux tout est à faire. Blog Jour 4 branches oiseau C’est curieux, il me faut parler des mères comme de mes enfants, peut être avortés. C’est parfois ainsi, être la mère de sa mère, la porter puis la laisser, enfin le croire car ce sont elles qui nous abandonnent, surtout quand elles meurent. Ali s’inquiète, il préfère les laisser couver encore un peu. Elles sont si fines, l’air peut avoir bouché les évents et empêché le bronze de se répandre dans toutes les petites alvéoles, je vous remontre une photo pour que vous vous souveniez comment elles étaient délicates.
More…

Jour 3- Les femmes s’épanouissent -

Blog jour 3 star
(Sorry, this article is for now only available in French)
C’est un jour doux et clair, une petite brise vient rafraîchir l’air. Je pars légère à l’atelier. Star m’y accueille.  Les mères ne sont toujours pas là et je me demande si je ne leur en ai pas trop demandé (et à Ali aussi), fines comme elles sont, d’aller se transformer en bronze. Les femmes semblent vouloir sortir de la cire, des qui s’offrent et jouissent, des qui courent, celles qui pensent etc.. More…

Jour 1- Reprise de contact avec la nature -

Blog sejour 4 jour 1 rodach_webstie ali catchBlog sejour 4 jour 1 quartier egyptien
(Sorry, this article is for now only available in French)
A mon arrivée il y avait bien sûr Lukate et Ali, mais cette fois ils étaient accompagnés par Nanou la femme d’Ali dont j’avais tant entendu parler. Le GPS nous nous a mené dans le quartier égyptien, et c’était une bonne surprise, nous y avons fêté la révolution qui ne se sentait pas beaucoup au bout du monde. Mais pour Lukate c’était exotique. More…