Vérités -

Stromae
Que se passe t’il ce week-end, mes sens sont affutés par ce que je vois et entends, devant moi se dressent des arbres dignes, nus et majestueux, leurs branches laissées nues, par les vents d’hier et d’automne. Ils campent les saisons. Préparent leurs printemps. Non je me trompe ils se précipitent vers moi et se dressent de tout leur ramage ne laissant passer que la lumière, illuminant mon monde. De la bourrasque d’informations, d’images et de sollicitations qui me cache l’essentiel, je tentais de me protéger sans m’isoler. Trois mises en présence, les unes après les autres, m’ont renvoyée très loin au fond de moi. Suite…

Au dehors, au dedans -

45B464945B4760
Ces chemins invisible qui nous mènent sur nos routes tissent des liens qui longtemps nous accompagnent. Vous êtes mon écheveau. Avant que le rideau ne retombe, dans cette aventure qui dit les silences intérieurs et laisse la place au divin, je voudrais que vous soyez.     Et nous y voilà, j’ai créé, honnêtement, dans le temps et l’espace, des allégorie de ces chemins qui nous construisent. J’ai posé en mot les sens qu’ils se donnaient, puis en volume pour vous les restituer dans cette exposition qui va bientôt s’achever, le 29 nous fermons les portes de ce monde pour le transposer très vite, j’espère en d’autre lieux. Pour nous célébrer dans nos unicité et contribuer dans la totalité, et à votre demande je vous attends pour ce voyage au delà et au dedans, à l’espace 43R sans rendez-vous. Suite…

Passages à l’âme l’installation -

IMG 1739IMG 1754
Je ne vous ai pas inclus dans tous les préparatifs, par pudeur je crois. Merci pour vos mots d’encouragement et de curiosité. La date du dévoilement approche, et je ne dévoilerai presque rien en partageant avec vous les premières images de l’installation et en vous présentant l’équipe de choc qui m’accompagne.  Suite…

Passages à l’âme exposition 20 au 29 septembre -

Carton d'invitation - format web.indd






















Ressentir, mettre en pensées, puis en oeuvre et enfin vous offrir en 5 pas, mes Passages à l’âme, voilà ce que je souhaitais pour cette rentrée 2013, car en parler c’est bien mais le partager c’est mieux. Aussi ai-je le plaisir, avec Marie Secret de vous faire découvrir du 20 au 29 septembre à l’Espace 43R mes réflexions sur la ré-appropriation. Je vous attends donc.

LES RENDEZ-VOUS

  • Vernissage le 19 septembre de 18 à 21 heures
  • Finissage publique de l’exposition le lundi 23 septembre de 18 à 21 heures

Suite…

Des nouvelles nouvelles, site et exposition -

Ames 7
L’été venant avec le soleil, Je suis heureuse de vous annoncer la mise en ligne de www.rodach.fr. A travers ce site je rassemble mes histoires, fais le lien entre les 6 matrices – arbres généalogiques (La destinée, la société. l’exil, la mémoire, la liberté et le divin) et mes chemins de branches, de radios, de fils et de sens. J’espère que vous aurez autant de plaisir à vous y promener que moi à le partager avec vous.  Et avant que l’automne ne s’annonce avec ses frimas, j’installerai mes Âmes du 19 au 23 septembre 2013, dans le magnifique 43R, espace des rencontres plurielles et artistiques de Marie Secret et Bruno, 43 route des jeunes à Carouge, Suisse. Notez le dans vos agendas. Suite…

trébuchons-nous sur la question du sens ? -

Les amesSur le chemin de ma liberté, j’ai regardé d’où je venais, ce que je portais, qui j’étais, ce que cela signifiait. Délaissant un moment le monde qui m’entoure, je suis entrée en moi y découvrir ma part sensible et créative, elle m’a menée à la douceur et à la violence, à mes naissances et à mes morts, aux nécessités de la vie. Sur cette route trébuchant sur la question du sens, je panse de certitudes mes inquiétudes sanglantes. Qui sait le dessein de mon âme ? Le pourquoi est lancinant. Je regarde au travers de deux fentes, un prisme du monde. Isolée de moi même, décorrélée, des parts de moi m’apparaissent et disparaissent, créant l’illusion du réel. Le dedans et le dehors. Un masque, pouvant signifier le beau et le laid, dire le bien et le mal. Je cherche dans le regard de l’autre ma vérité. Il ne voit que lui. Nous nous masquons l’un l’autre. Sur cette route trébuchant sur la question du sens, cherchant nos différences, la dissociation nous arrache des cris. Dès la naissance nous crions pour retourner dans le sein de nos mères, un cri de peur de froid et de rage qui raisonne en toutes les langues, à tous les âges. Le cri de l’impuissance et de la colère. Attendant du monde qu’il fait vibrer, vaciller, un réconfort. Quand l’écho de mon cri me parvient, si je l’entends, répondant à mes besoins, je prends sous mes ailes ma vérité propre et unique, ma mère intérieure et m’envole vers mon destin. Alors j’irai où mes rêves nous portent, dans mes souvenirs d’abord rendre hommage, puis à la recherche de l’ombre qui m’a précédée. Je pourrai confier la réalité de mes rêves, cauchemars ou promesses. Suite…

Quelle femme êtes vous? -

Feminites

S’il ne me fallait pas tant de silence pour créer, je n’oublierais pas combien il est bon d’être avec vous et vous écrirais plus souvent. Vos retours m’enrichissent et donnent du sens à mes chemins. Il y a été beaucoup question d’échos et de vibrations, de retour en vous, merci. J’ai aussi reçu un article du New-York Times en résonance avec Ligne de vie 2 (famille), sur la place que chacun se fait au sein de cette société là. Où il est question de paroles et de silences, de liberté et de fragilité. Depuis l’enfance, j’avance en Homme, élevée sans genre dans une époque qui criait l’égalité. J’ai affronté et me suis confrontée aux défis, ai engendré et créé m’en remettant à une petite voix, me distordant. Ecartelée entre mes conditions je me suis effondrée, sans définition. Remontant le cours de ma condition je nous ai trouvés. A l’image de Dieu, nous naissons mâles et femelles avant de nous dissocier. Des temps, nous apprenons et nous approprions, ils ne se confondent pourtant pas. L’enfant possède les possibles, la vieille les sait. A l’indifférenciation des premiers et des derniers âges se substitue celui du sang, de la création, poétique, fragile et cruel. Chacun se tisse une vie, selon son pays, sa société, de sa conception à sa mort, brode ses croyances et s’y confronte, se panse. Nous portons en nous des histoires que nous ne connaissons pas toujours et qui nous conditionnent. Nous nous frottons les uns aux autres et nous définissons ainsi. Qu’est ce qu’une femme s’il n’y a pas d’homme. Qu’est ce qu’un homme sans sa part féminine. L’autre est en nous. La femme est un Homme qui danse, qui jouit. Multiples, sauvages et libres nous nous appartenons. Quelle femme êtes vous? cliquez ici

les mères -

Oiseau bronze nid 1Oiseau bronze nid 1
Mes Amis, Avant de vous envoyer mes âmes, il me faut vous parler des mères. La femme évoquée lors de mon précèdent post est celle que j’ai extraite de l’Homme. Celle que j’ai tue lui donne naissance. Vous m’avez fait remarquer leur absence. Je reviens vers elles. Depuis longtemps je tente de les apprivoiser. Lors de mon troisième séjour en Thaïlande, j’avais emmené des branches qui me murmuraient des promesses. J’en avais ébauchées quelques unes avant de partir, que j’avais laissées à l’atelier. Arrivée en Asie, je leur avais demandées de me parler, de me dire en rêve ce que je n’entendais pas le jour. Elles avaient préféré me garder éveillée pour me le révéler. Elle étaient les mères. Celles qui vivent pour l’enfant et par lui, celles qui vivent malgré l’enfant, presque sans lui, celles dont les enfants sont les racines et qui avancent ancrées parfois lestées, celles qui l’attendent , celles qui les attendent, celles qui le sont, celles qui le deviennent, celles qui le refusent, celles qui le demandent, celles qui en vivent et d’autres qui en meurent … les mères, toutes les mères. Fragiles et pleines de bourgeons, si on ne les voit pas on reconnait souvent les mères à leurs enfants ou à celui qu’elles ont été. Suite…

Retour en soi -

Mes amis, Toute occupée que j’étais à me rassembler, je ne me suis pas préoccupée de vous parler, et voilà que je me rends compte que nous avons été séparés. J’étais concentrée en moi vers ce nouveau chemin qui est le mien, la continuation des précédents en plus intense de vérités. 2012 a été presque tout entièrement dédié à partager avec vous gourmandise et intuitions. le livre Mon happy cooking book, aux éditions Alternatives (Gallimard) a été un franc succès, la presse en a beaucoup parlé et il a été quasiment épuisé en quelques mois. Une amie m’a cependant dit en avoir vu quelques exemplaires au musée d’art moderne de Saint Etienne ce mois-ci. La boucle est bouclée, je reviens à moi et à un partage plus intime. J’ai pris le temps ces premiers mois de 2013 de faire la somme de mon travail depuis 2009, et c’est là et maintenant que je souhaite que nous nous retrouvions. Je reviens vers mes lignes de vie, ce chemin en 6 arbres généalogiques qui a démarré et 2009 et s’est enrichi de pardons. Les féminité(s) et Les Âmes, mes autres pistes sont la continuation des lignes de vie, je reviens en cercle concentrique autours de l’Homme et de ce que c’est qu’être vivant. Ce document en pdf est à regarder sur votre écran, les jours prochains je reviendrai avec les féminité(s) d’abord puis les âmes. Je vous laisse le temps. Cliquez ici Ligne de vie art vivant